Dessinateur connecté

On me demande régulièrement comment je travaille et quels sont les outils que j’utilise. Aujourd’hui, je vous propose de lever le voile sur mon environnement technique. Sachez d’abord qu’avant d’être dessinateur, je suis un véritable geek. Cela se ressent dans ma manière de travailler…

Précisons ensuite que le dessin est une activité annexe à ma vie de salarié. Les outils utilisés intègrent donc la contrainte de mobilité.

Par confort et par manque de temps, je ne dessine quasiment plus « en vrai » (sur du papier avec des stylos) et j’utilise principalement ma Surface Pro 3. La tablette me suit (presque) partout dans mes déplacements et je dégaine le stylet dès qu’un temps de pause d’offre à moi. Elle ne me sert quasiment qu’au dessin et… elle le fait très bien, avec une excellente précision et un confort parfait sur les logiciels de dessin les plus courants. À la maison, sur des travaux de longue haleine, j’utilise une Cintiq 13HD. J’ai hésité au départ avec la (fabuleuse, avouons-le) Cintiq Companion, mais malgré d’indéniables qualités, ses dimensions n’en faisaient pas un outil assez « mobile ». Quant au prix, ce n’était même pas imaginable !

Surface Pro 3

Mes dessins s’appuient sur deux logiciels : Manga Studio 5 pour le trait (un logiciel spécialisé dans le dessin, non seulement adapté à mon style, mais aussi à une utilisation tactile sur la tablette), ainsi qu’une ancienne version de Photoshop pour le coloriage. Le tout basé sur les conseils de Maliki en la matière. Pour le travail en mobilité, j’ai opté pour un abonnement Office 365 professionnel. Mes dessins ainsi et tous mes documents sont ainsi stockés dans le cloud. Lorsque je dessine sur ma tablette, les fichiers sont immédiatement synchronisés avec mon ordinateur. Le revers de la médaille, c’est que mon forfait data est dévoré par ce fonctionnement.

La comptabilité (ce côté moins passionnant du travail d’un indépendant) est enregistrée sur l’excellent Freelancer App. Ce site permet de gérer les devis, les factures, les relances… et affiche une comptabilité claire. En plus, le site est adapté aux contraintes des professionnels affiliés à la Maison des Artistes (celles et ceux qui connaissent le fameux précompte me comprendront).

En plus de l’enregistrement de mes données critiques sur Onedrive, je conserve un abonnement à MozyHome, un serveur de sauvegarde distant de 50Go. C’est une sécurité supplémentaire en cas de soucis (et Dieu sait que les aléas de l’informatique sont ce qu’ils sont !).

Dernièrement, et pour faciliter la vente de mes livres ou des petits goodies lors de mes déplacements, j’ai opté pour iZettle pour accepter les paiements par carte bleue. Cette solution présentait pas mal d’avantages : pas d’engagement ni de frais mensuels. Juste une application sur le téléphone et un terminal de paiement (offert).

Voilà. Vous savez (presque) tout !

Publicités