Le prix de la « sécurité »

marianne en prison

Le gouvernement a voté dans la précipitation la possibilité de prolonger l’état d’urgence, ainsi qu’une série de lois sécuritaires. Si la sécurité est fondamentale, l’inefficacité de ce type de mesures adoptées depuis des années (genre le Patriot Act américain) et les révélations d’Edward Snowden auraient pourtant dû faire réfléchir nos élus. Mais non. La France a peur. Il fallait répondre à l’émotion. Nous voici donc dans un état policier où le juge est écarté des procédures. Déjà, des abus sont pointés du doigts : perquisitions et assignations à résidence arbitraires n’ayant aucun rapport avec le terrorisme, interpellations muscléesLa Quadrature du Net a ainsi mis en place un Wiki pour recenser ces abus. Et que dire de Manuel Valls invitant les parlementaires à ne pas saisir le Conseil constitutionnel ?

Plus que jamais, les citoyens que nous sommes devons rester vigilants. L’état d’urgence ne doit pas devenir un état policier.

Publicités