Surface Pro 3 ou Cintiq 13HD ?

Après un test – concluant – réalisé durant une semaine en septembre, j’ai acquis la Surface Pro 3. Moi qui recherchais un outil mobile me permettant d’utiliser mes logiciels professionnels partout, je ne regrette pas ce choix. Ma Surface Pro ne me quitte quasiment jamais et je dégaine le stylet au gré des idées ou au moindre moment de libre.

Mais il y a un effet pervers à s’habituer à ce type d’outil : j’ai remarqué avoir des difficultés grandissantes à utiliser une tablette graphique « classique ». Dessiner sur une Surface Pro 3 et voir le dessin apparaître sous le stylet paraît tellement naturel qu’il est compliqué de revenir aux anciennes méthodes.

La tablette de Microsoft souffre pourtant de quelques petits défauts. Le palm reject est parfois capricieux (il n’est pas rare que mon poignet active des fonctions malgré moi) et l’écran de 12 pouces est vite fatigant pour les yeux.

Surface Pro 3

Mes habitudes de travail ont vite changé : dessiner sur la Surface Pro 3 et colorier sur le PC de bureau avec mon antique Wacom Bamboo. À l’occasion des fêtes, j’ai demandé au père Noël une Cintiq 13HD (il a profité de la réduction de 20% offerte par la Fnac). Après quelques semaines d’utilisation, mon avis sur ce magnifique outil est – très – positif !

Taillée pour le dessin !

La Cintiq 13HD propose un écran de 13,3 pouces, avec une résolution de 1920*1080 pixels. À la différence de la Surface Pro 3, elle nécessite d’être branchée sur un ordinateur pour fonctionner et agit alors comme un moniteur supplémentaire. Pour dessiner, il suffit de déplacer les fenêtres de travail de l’écran principal vers la Cintiq. L’outil est plutôt massif malgré un poids assez faible. Il nécessitera un peu d’espace.

Cintiq 13HD

L’installation est rapide et la configuration se fait sans grande difficulté. On peut vite tester le bébé. Petit bémol pour moi : en tant que gaucher, je ne peux pas m’en servir en mode « copie d’écran » (ou alors, l’écran principal est inversé). J’avoue avoir été déçu par cet écueil, mais cela ne gêne pas l’expérience globale. J’ai donc opté pour le mode « bureau étendu ».

À l’usage, dessiner ou colorier devient un véritable plaisir. La texture de l’écran est juste incroyable : on a l’impression de dessiner sur une feuille ! Rien à voir avec l’écran lisse de la Surface Pro 3. Le stylet est maniable et extrêmement précis. Puissance d’un vrai PC de bureau oblige, le logiciel répond sans laguer ! Ajoutez la taille – plus confortable – de l’écran et vous obtenez un produit très agréable pour travailler.

Comme la plupart des outils Wacom professionnels, les boutons qui entourent la Cintiq sont tous paramétrables en fonction de l’application. Cela vous permet de leur attribuer des fonctions différentes en fonction du logiciel que vous utilisez. Des boutons qui manquent cruellement lorsqu’on repasse à la Surface Pro 3.

Il manque toutefois quelque chose qui fait toute la différence avec la Surface Pro 3 : un écran tactile. Inutile de tenter d’utiliser vos doigts pour zoomer ou faire défiler l’écran, ça ne marchera pas ! Dommage…

Alors ? Surface Pro 3 ou Cintiq ?

Difficile de répondre à la question. La Surface Pro 3 est un outil superbe qui propose une excellente expérience de dessin. Si la mobilité n’est pas une priorité, la Cintiq 13HD paraît être un bien meilleur choix, ne serait-ce que pour le toucher de son écran, sa taille et ses boutons paramétrables.

Pourquoi alors ne pas avoir acheté une Cintiq Companion, qui allie les prouesses du Cintiq 13HD avec une tablette autonome et un écran tactile ? La question s’est posée. Mais vu sa taille et son encombrement, je ne peux considérer la Cintiq Companion comme un outil mobile. Transportable certes, mais pas mobile. Quant au prix, n’en parlons même pas…

Le besoin de mobilité et le budget que vous souhaiterez investir (on parle bien d’investissement) seront deux éléments qu’il faudra prendre en compte à l’achat de ce type de joujou, qui s’adressent l’un comme l’autre aux professionnels.

Cintiq 13HD

Prévoyez de la place !

Surface Pro 3 (modèle i5, 256Go)

J’aime :

  • une tablette autonome avec Windows Pro installé dessus,
  • son design,
  • son faible encombrement,
  • la qualité de son écran.

J’aime moins :

  • le palm reject perfectible,
  • l’écran en verre, lisse,
  • le fait que la tablette « souffre » sur des opérations qui demandent de la puissance processeur,
  • la taille de l’écran sur de longs travaux.

Cintiq 13HD

J’aime :

  • la texture et la qualité colorimétrique de l’écran,
  • les boutons paramétrables par application,
  • aucun problème de palm reject,
  • la qualité du stylet.

J’aime moins :

  • pas de multitouch,
  • câble encombrant,
  • pas mobile (dépend de l’ordinateur),
  • un poil frustrant pour un gaucher, mais sans véritable souci.

 

Publicités