Dessiner en mobilité avec la Samsung Galaxy Note 10.1

Dessin avec la Galaxy Note 10.1 Edition 2014

Au fil des mois, ma tablette graphique est devenue ma seconde main. Le seul défaut de cet outil est qu’il n’est utilisable que s’il est relié au PC. Comment dessiner partout ailleurs ? Certes, il y a le combo traditionnel « papier et stylos », mais il nécessite toujours un scanner et un travail d’amélioration. J’ai donc commencé à chercher une solution simple et pas trop coûteuse. Il y avait plusieurs possibilités :

La solution belle solution, la Wacom Companion Hybird a vite été écartée : trop chère et pas assez mobile (l’engin a une diagonale de 13 pouces !). Après lecture de nombreux tests, j’ai aussi finalement lâché la solution de l’iPad, car le terminal d’Apple n’est pas équipé d’une dalle réellement adaptée aux stylets. Je me suis donc reporté sur la tablette Samsung (la réduction de 100 € par Samsung a été, je l’avoue, un argument décisif !).

Puissante, précise… mais Samsung

Que dire de l’engin ? La Samsung Galaxy Note 10.1 est une tablette de 10 pouces de diagonale. C’est un poil petit pour dessiner, mais idéal pour être transportée partout. Elle se glisse facilement dans une sacoche ou un sac à dos. J’ai aussi pris l’étui de protection officiel, avec deux niveaux de kickstand (le prix est abusé, mais au final, c’est très utile). À l’usage, cette tablette est un véritable plaisir à utiliser. Elle dispose d’un écran très lumineux et fin. Son stylet est plutôt sensible et précis, ce qui est fort pratique pour dessiner.

Certes, Android oblige, il faut faire le deuil de Photoshop et se contenter de petites applications comme Sketchbook pro, qui s’avèrent néanmoins assez plaisantes à utiliser. Au fil des illustrations, on améliore son trait et apprend à maîtriser les subtilités propres à cette plateforme. Cette tablette ne remplacera jamais la qualité d’un ordinateur couplé à une bonne tablette graphique, mais elle permet de faire quand même du bon boulot.

Malheureusement, il y a un gros défaut : Samsung. Comme d’habitude, le constructeur coréen a blindé Android d’applications inutiles – ou bloatware – qui ralentissent le système et dévorent la batterie. Les mises à jour sont assez erratiques. Pour ma part, j’ai immédiatement flashé le système pour disposer de la dernière version d’Android et j’ai rooté l’appareil. Je perds la garantie, mais cela permet de désactiver la totalité des applications Samsung inutiles et de redonner un coup de neuf à l’appareil. À l’usage, la tablette reste moins fluide et agréable à utiliser qu’une Microsoft Surface (surtout pour écrire du texte), mais le stylet et les applications Android font alors la différence.

Au final et après plusieurs illustrations réalisées un peu partout, je suis assez satisfait de cet achat. Si on passe sur les applications Samsung qui pourrissent un peu le système, la Galaxy Tab 10,1 est une tablette de qualité, taillée pour l’écriture ou le dessin.

Publicités